Recherche

Haut potentiel et scolarité : un documentaire intéressant face aux difficultés des élèves à haut potentiel

« A l’époque je n’avais pas d’amis donc je préférais rester dans la classe ». Découvrez comment cet état de fait a changé pour cet élève et ses camarades, intégrés au sein du dispositif DIEHP du collège Georges Brassens, à Paris.

« Si je devais retourner à l’école, je m’y opposerais de toutes mes forces ! »

Ainsi débute le documentaire que nous vous proposons de regarder cette semaine, écrit et réalisé par Alexandre Bitoum et dont voici la bande-annonce.

Le réalisateur met en parallèle sa propre expérience, nourrie de questionnements face à une prise en charge inexistante à son époque, et explique avec finesse les mécanismes qui, à défaut d’accompagnement, mènent doucement l’élève vers une forme d’isolement voire de marginalisation.

Je compare un peu le CM1 à un jour sans fin au niveau scolaire. Je m’ennuyais un peu en classe, parfois j’ai eu des amis mais parfois il y a eu quelques histoires. Je me suis dit, ce n’est pas possible, c’est une pièce de théâtre, une comédie.

Césaire, 12 ans

Au-delà de la prise en charge des capacités intellectuelles proprement dites, le documentaire explique bien à quel point le haut potentiel représente une forme de décalage global qui, dans un cadre inadapté, ne facilite pas la vie des enfants à haut potentiel.

Le titre du documentaire, « La dure vie des surdoués », traduit une réalité qui prend tout son sens dans le groupe. Le haut potentiel en soi n’est pas une difficulté, bien au contraire, mais son expression dans un cadre prédéfini et non propice peut devenir problématique. C’est en effet dans le groupe, groupe classe en particulier, que l’élève à haut potentiel ressent des difficultés :

  • à s’identifier au groupe
  • à s’y conformer
  • à en comprendre les attentes et les codes

A peine la sonnerie retentit, c’est déjà la fin de la récré. Les groupes se forment dans les couloirs. Pourvu que la classe soit déjà ouverte…

Alexandre Bitoum

Le dispositif d’intégration des élèves à haut potentiel (DIEHP) tel que proposé au sein du collège Georges Brassens à Paris permet un réel accompagnement de ces enfants, à la fois sur le plan scolaire mais aussi sur le plan social et affectif. Ils disposent de la possibilité de se retrouver entre eux ou d’évacuer leur stress dans des salles dédiées et de la présence d’un tuteur auquel l’élève peut se confier.

Le réel enjeu est de les comprendre pour mieux les accompagner. Les comprendre signifie accepter qu’ils puissent aller vite parfois, que leurs préoccupations soient différentes ou en décalage par rapport à la majorité des enfants de leur âge (ou groupe) et faire en sorte qu’ils parviennent à vivre et s’exprimer au milieu des autres tout en respectant leur singularité.

Tous les élèves du documentaire montrent bien à quel point le besoin d’identification et de reconnaissance est important afin que leur personnalité soit comprise et puisse s’exprimer au mieux. Ils ont comme tout un chacun besoin d’écoute et d’attention. Simplement, pour eux, cela ne portera pas forcément sur les mêmes aspects.

Ce que je trouve mystérieux est d’essayer de comprendre comment des élèves qui ont tout pour réussir et se sentir bien à l’école rencontrent des difficultés à certains moments de leur scolarité. Ça interroge l’école, ça nous interroge comme enseignants…

Jocelyn Blaise, professeur de Français

Ma réponse : l’isolement ressenti et souvent non compris.

Et la vôtre ?

En complément de ce documentaire, nous vous recommandons la lecture d’ouvrages consacrés à l’accompagnement scolaire des enfants à haut potentiel. Parmi ceux-ci, celui de Nelly Dussausse est riche d’enseignements sur les besoins affectifs et relationnels des enfants à haut potentiel.

Retrouvez le documentaire complet sur le site Publicsenat.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.